41QdKNJnGmLPhilippe Claudel, c'est un style. L'art de la suggestion, un auteur qui dépeint des atmosphères comme peu savent le faire, je trouve.

Les âmes grises était, dans le genre, une véritable réussite que je remercie Saareka de m'avoir mis entre les mains (décidément, comme agent culturel on ne fait pas mieux !).

Le rapport de Brodeck est tout aussi réussi.

Histoire d'un homme, étranger parmi les siens, qui au prétexte d'une triste affaire d'épuration qu'il a la charge de raconter, nous narre son histoire. La douleur d'être différent, quoi que tellement semblable au fond, puis au fil du temps l'habitude et l'impossibilité de souffrir.

Le rapport de Brodeck est une histoire juive. Brodeck est juif, autrichien aussi, sans doute. C'est une histoire de souffrance et de libération. Une histoire où la vie l'emporte, tant bien que mal. Une histoire où l'on découvre que les trop calmes forêts de montagne peuvent cacher, elles aussi, une humanité pas très glorieuse.

A lire, vraiment.